Catholiques à Colombes
Église St-Pierre St-Paul, Chapelle St-Étienne St-Henri,
Église du Sacré-Coeur, Chapelle St Bernard

Categories

Accueil > Actualité > Journaux paroissiaux > Le Lien (Journal paroissial Sacré-Coeur et Chapelle St Bernard) > Le Lien n°78 - AUTOMNE 2015

29 janvier 2016

Le Lien n°78 - AUTOMNE 2015

COMME UNE FETE SANS FIN

Seigneur, viens nous inviter.
Fais-nous vivre notre vie,
Non comme un jeu d’échecs
Où tout est calculé,
Non comme un match
Où tout est difficile,
Non comme un théorème
Qui nous casse la tête,
Mais comme une fête sans fin,
Où ta rencontre nous renouvelle,
Comme un bal,
Comme une danse
Entre les bras de ta grâce,
Dans la musique universelle de l’amour.

Madeleine Delbrêl

*COP 21 : conférence des Parties à la Convention cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques, qui regroupera 196 pays réunis pour tenter de trouver un accord mondial pour limiter la hausse de la température globale à 2° à la fin du 21ème siècle.

« Si tu veux la Paix, protège la Création » Benoit XVI

« La terre est notre bien commun à tous, hommes, animaux, plantes, êtres vivants, notre maison commune. » Saint Père François

Nous sommes à un tournant écologique universel, un formidable défi de société pour les hommes, pour améliorer notre qualité de vie et celle de générations futures, si proches de nous puisqu’elles commencent avec nos enfants.

Quelques dates à retenir :
1. juin 2015  : parution du « Laudato si », nouvelle encyclique du Pape François sur l’écologie humaine
2. 1er septembre 2015  : journée mondiale de prière pour la sauvegarde de la Création
3. Le 20 novembre, au Sacré Cœur, soirée d’échanges, de partage d’idées, de questions et de convictions sur le thème : construisons notre maison commune. Si vous êtes intéressés, faites le savoir auprès de la paroisse ou par email à : paroissesacrecoeur@orange.fr
4. Du 30 novembre au 11 décembre 2015 : COP21 à Paris : 21ème conférence mondiale pour le climat*

Le réchauffement climatique en quelques points (extrait du dossier La Croix des 30-31 mai 2015)
1. Les signes du changement climatique :
-  une hausse de la température moyenne ces trois dernières décennies, jamais enregistrée depuis 1880 ;
-  une fonte exceptionnelle des glaciers, engendrant une élévation du niveau de la mer de 19 cm depuis 1901 ;
-  une réduction considérable de la surface de la banquise ;
-  une planète plus humide au-dessus des océans et des terres émergées.
La planète se réchauffe de façon accélérée depuis la fin du 19ème siècle.

2. Les causes du changement climatique :
-  naturelles : celles liées à l’activité solaire qui évolue selon son cycle, et celles liées aux éruptions volcaniques qui produisent des poussières qui peuvent provoquer des refroidissements ;
-  humaines : qui génèrent des émissions de gaz à effet de serre dues à l’industrie, les transports, l’élevage et l’habitat.
Les causes naturelles ne sont pas suffisantes pour être seules responsables du changement climatique. L’effet de serre naturel, qui permet d’avoir une température propice à la vie sur la surface de la terre, est fortement accentué par la production des gaz à effet de serre.
La terre se réchauffe trop vite pour que la nature puisse s’adapter.

3. les gaz à effet de serre :
Dioxyde de Carbone (CO2 issu de l’utilisation des combustibles fossiles –gaz, charbon, pétrole), méthane (CH4 issu principalement des élevages de ruminants, des décharges ou des rizières) et protoxyde d’azote (N2O issus des activités agricoles) sont les principaux gaz à effet de serre impliqués dans le réchauffement climatique. Leur concentration a augmenté respectivement de 40%, 150% et 20% à la surface de la terre depuis le début de l’ère industrielle.
Ces gaz accroissent artificiellement l’effet de serre, et de fait la température moyenne à la surface de la terre.

Depuis 1988, les experts en climatologie du GIEC* étudient les causes de cette hausse de la température actuellement de plus de 0.8 °C. Aujourd’hui ils considèrent que les activités humaines sont la cause principale de l’évolution récente du climat (0.7°C) et que les causes naturelles ne représentent que 0.1°C d’augmentation.

*GIEC : groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat – créé en 1988

4. l’accélération du réchauffement climatique :
La hausse de la température moyenne à la surface de la terre n’est pas uniforme selon les régions et les années. L’accélération de cette hausse date de 1998 et c’est bien la vitesse inédite du réchauffement actuel -à l’échelle géologique - qui lui donne son caractère exceptionnel de crise, à associer avec le fait que la terre va bientôt porter 9 milliards d’hommes.
Comment la nature va-t-elle pouvoir s’adapter en si peu de temps, et l’homme ?

5. les impacts du réchauffement :
Ces dernières années, aucune région du globe n’a échappé aux effets du réchauffement climatique : sécheresse et manque d’eau potable dans les régions subtropicales arides, inondations et submersions côtières, disparitions accélérées d’espèces animales et végétales ; évènements climatiques extrêmes : canicules, précipitations diluviennes, tempêtes et ouragans, cyclones…
Le 5ème rapport du GIEC alerte sur « une augmentation possible de plus de 4°C d’ici la fin du siècle, qui engendrerait des risques considérables pour la sécurité alimentaire à l’échelle mondiale et régionale. »
Les pays les plus pauvres sont et seront déjà les plus touchés, et leurs habitants seront autant de réfugiés climatiques que les pays les plus riches auront à accueillir.
Le GIEC fixe un seuil de 2°C à ne pas dépasser, au-delà duquel « il sera difficile de s’adapter au réchauffement ».

6. Exemple d’actions possibles individuelles et collectives :
Encourager des politiques de réforme :
-  vers des productions agricoles plus respectueuses de l’homme et de l’environnement : l’agroécologie qui, selon O. De Schutter, rapporteur spécial des Nations Unies sur « l’agroécologie et le droit à l’alimentation », permettrait de doubler la production alimentaire en dix ans.
-  pour une transition vers une économie « bas carbone » grâce aux énergies renouvelables notamment, et en changeant nos habitudes de consommateurs.
Faire évoluer nos habitudes alimentaires, de transports, de prise en charge de nos déchets, d’usage de produits d’entretien ménager et de jardin.
Devenons des « consom’acteurs », capables de se tourner vers « une sobriété heureuse » comme le propose Pierre Rabhi (agriculteur expert en agro-écologie, écrivain et penseur français d’origine algérienne).

Et vous, vous avez sûrement d’autres idées…

En tant que Chrétiens, ne nous sentons nous pas proches de Saint François d’Assise, le premier « patron » de l’écologie de la Création ?
Laissons-nous interpeller par l’avenir de cette maison commune qui est la nôtre, pour agir au quotidien. Voilà une porte qui s’ouvre vers nous pour un monde plus solidaire, plus durable, dans lequel nous retrouver, autour de valeurs positives à partager sans modération.

Florence Pultier

L’équipe du LIEN : Serges A. Dongmo Mezatio, François Piguet, Père Gérard, Françoise Steinberg
Pour contacter LE LIEN
Tél. : 01 42 42 25 18 ou courriel : paroisse.sacrecoeur@orange.fr