Catholiques à Colombes
Église St-Pierre St-Paul, Chapelle St-Étienne St-Henri,
Église du Sacré-Coeur, Chapelle St Bernard

Categories

Accueil > Prier et Célébrer > Carême > Carême 2018. Pour continuer sur la fraternité

11 mars 2018

Carême 2018. Pour continuer sur la fraternité

Après avoir réfléchi personnellement à partir de 3 questions sur la fraternité, entre le 5 et le 11 mars, voici 2 textes pour continuer la réflexion : un d’un du moine orthodoxe Antoine Bloom, et un extrait de la "Joie de l’Evangile" du Pape François.

L’icône endommagée
« A moins de regarder une personne et de voir la beauté en elle, nous ne pouvons l’aider en rien ; on n’aide pas une personne en isolant ce qui ne va pas chez elle, ce qui est laid, ce qui est déformé.
Le Christ regardait toutes les personnes qu’il rencontrait, la prostituée, le voleur, et voyait la beauté cachée en eux. C’était peut-être une beauté déformée, abîmée, mais elle était néanmoins beauté, et il faisait en sorte que cette beauté rejaillisse. C’est ce que nous devons apprendre à faire envers les autres. Mais, pour y parvenir, il nous faut avant tout avoir un cœur pur, des intentions pures, l’esprit ouvert, ce qui n’est pas toujours le cas... afin de pouvoir écouter, regarder et voir la beauté cachée. Chacun de nous est à l’image de Dieu, et chacun de nous est semblable à une icône endommagée. Mais si l’on nous donnait une icône endommagée par le temps, par les événements ou par la haine des hommes, nous la traiterions avec tendresse, avec révérence, le cœur brisé. C’est à ce qui reste de sa beauté, et non à ce qui est perdu, que nous attacherions de l’importance. Ainsi, nous devons apprendre à réagir envers chacun. »
Antoine Bloom, moine orthodoxe

« De nos jours, alors que les réseaux et les instruments de la communication humaine ont atteint un niveau de développement inédit, nous ressentons la nécessité de découvrir et de transmettre la “mystique” de vivre ensemble, de se mélanger, de se rencontrer, de se prendre dans les bras, de se soutenir, de participer à cette marée un peu chaotique qui peut se transformer en une véritable expérience de fraternité, en une caravane solidaire, en un saint pèlerinage. Ainsi, les plus grandes possibilités de communication se transformeront en plus grandes possibilités de rencontre et de solidarité entre tous. Si nous pouvions suivre ce chemin, ce serait une très bonne chose, très régénératrice, très libératrice, très génératrice d’espérance !
Sortir de soi-même pour s’unir aux autres fait du bien. S’enfermer sur soi-même signifie goûter au venin amer de l’immanence, et en tout choix égoïste que nous faisons, l’humanité aura le dessous. »
Pape François La Joie de l’Evangile §87


En vidéo :

Voir en ligne : Carême 2018 : 40 jours pour faire « le plein d’essentiel »

P.-S.

Pour préparer en vue du 5° dimanche de Carême durant la semaine du 12 au 18.03 :

Par le baptême, nous sommes devenus « |rois », c’est-à-dire appelés à nous mettre au service des plus fragiles, à l’exemple de Jésus qui s’est fait serviteur le Jeudi Saint lors du Lavement des pieds. (Jean 13, 1-20)

Questions préparatoires :
- St François de Sales nous dit : « Tout par amour, rien par force ». Qu’est-ce qui m’anime dans mon travail, mes relations, ma vie de famille, mes différentes missions, mes responsabilités ?
- Quels sont les lieux de ma vie où je me mets au service ? Où j’accepte de me laisser servir ?