Catholiques à Colombes
Église St-Pierre St-Paul, Chapelle St-Étienne St-Henri,
Église du Sacré-Coeur, Chapelle St Bernard

Categories

Accueil > Prier et Célébrer > Carême > Lettre au Peuple de Dieu 1° partie : CRI (11-17.03.2019)

11 février 2019

Lettre au Peuple de Dieu 1° partie : CRI (11-17.03.2019)

Si un membre souffre :
Ces derniers jours est paru un rapport détaillant le vécu d’au moins mille personnes qui ont été victimes d’abus sexuel, d’abus de pouvoir et de conscience, perpétrés par des prêtres pendant à peu près soixante-dix ans. Bien qu’on puisse dire que la majorité des cas appartient au passé, la douleur de nombre de ces victimes nous est parvenue au cours du temps et nous pouvons constater que les blessures infligées ne disparaissent jamais, ce qui nous oblige à condamner avec force ces atrocités et à redoubler d’efforts pour éradiquer cette culture de mort, les blessures ne connaissent jamais de « prescription ». La douleur de ces victimes est une plainte qui monte vers le ciel, qui pénètre jusqu’à l’âme et qui, durant trop longtemps, a été ignorée, silencieuse ou passé sous silence. Mais leur cri a été plus fort que toutes les mesures qui ont entendu le réprimer ou bien qui, en même temps, prétendaient le faire cesser en prenant des décisions qui en augmentaient la gravité jusqu’à tomber dans la complicité. Un cri qui fut entendu par le Seigneur en nous montrant une fois encore de quel côté il veut se tenir. Le Cantique de Marie ne dit pas autre chose et comme un arrière-fond, continue à parcourir l’histoire parce que le Seigneur se souvient de la promesse faite à nos pères : « Il disperse les superbes. Il renverse les puissants de leurs trônes, il élève les humbles. Il comble de biens les affamés, renvoie les riches les mains vides » (Lc 1, 51-53) ; et nous ressentons de la honte lorsque nous constatons que notre style de vie a démenti et dément ce que notre voix proclame. Avec honte et repentir, en tant que communauté ecclésiale, nous reconnaissons que nous n’avons pas su être là où nous le devions, que nous n’avons pas agi en temps voulu en reconnaissant l’ampleur et la gravité du dommage qui était infligé à tant de vies. Nous avons négligé et abandonné les petits. Je fais miennes les paroles de l’alors cardinal Ratzinger lorsque, durant le Chemin de Croix écrit pour le Vendredi Saint de 2005, il s’unit au cri de douleur de tant de victimes en disant avec force : « Que de souillures dans l’Église, et particulièrement parmi ceux qui, dans le sacerdoce, devraient lui appartenir totalement ! Combien d’orgueil et d’autosuffisance ! […] La trahison des disciples, la réception indigne de son Corps et de son Sang sont certainement les plus grandes souffrances du Rédempteur, celles qui lui transpercent le cœur. Il ne nous reste plus qu’à lui adresser, du plus profond de notre âme, ce cri : Kyrie, eleison. Seigneur, sauve-nous (cf. Mt 8, 25) » (Neuvième Station).

Questions pour une réflexion personnelle puis en groupe de Carême :

- "Nous ressentons de la honte lorsque nous constatons que notre style de vie a démenti et dément ce que notre voix proclame." Quand m’est-il déjà arrivé, dans ma vie d’Eglise, de sentir un écart entre ce que nous donnions à voir et ce que Jésus nous demande ? (manque d’humanité, de sympathie, de solidarité…)

- Quand m’est-il arrivé de me sentir porté par le Christ pour dépasser mes peurs, mes résistances intérieures et pour aller à la rencontre d’un « petit » qui a été blessé ou traumatisé physiquement, moralement, psychologiquement, sexuellement, … ? Qu’est-ce-que cela a provoqué en moi ?

Voir en ligne : Présentation du livret paroissial du Carême 2019

P.-S.

Suite à la réflexion personnelle que nous aurons sur cet extrait de la Lettre au Peuple de Dieu à partir des questions après chaque extrait, nous sommes invités à nous retrouver en petites équipes pour partager autour de cette Lettre à l’aide des questions :

→ A St Pierre St Paul : samedi à 17h45, dimanche à 10h15 et 17h15

→ A St Etienne St Henri : dimanche à 10h30

→ Il est aussi possible de créer une équipe et de se réunir 45-60 minutes chez l’un ou l’autre, ou à la Maison paroissiale St Jean-Paul II (réservation par mail), toutes les semaines ou une semaine sur deux.