Catholiques à Colombes
Église St-Pierre St-Paul, Chapelle St-Étienne St-Henri,
Église du Sacré-Coeur, Chapelle St Bernard

Categories

Accueil > Actualité > 50 ans de la construction de l’église St Pierre St Paul (2018-2019) > Homélie de Mgr Matthieu Rougé St Pierre St Paul de Colombes (30.06.2019)

9 juillet 2019

Homélie de Mgr Matthieu Rougé St Pierre St Paul de Colombes (30.06.2019)

Dimanche 30 juin 2019 Homélie Fête des apôtres St Pierre et St Paul

Chers amis,

C’est une grande joie, une grande grâce pour vous tous de pouvoir rendre grâce pour les 50 ans de cette église, en célébrant, à quelques heures de distance par rapport à la date officielle la fête de St Pierre et St Paul. Fête magnifique qui correspond souvent d’ailleurs aux ordinations de prêtres envoyés à la manière des apôtres. Dans notre diocèse, c’est il y a une semaine que nous avons eu la grâce de recevoir du Seigneur, trois nouveaux prêtres, deux d’entre eux, je crois, ont passé un moment de leur itinéraire par Colombes.

Mais si nous célébrons la fête de St Pierre et St Paul, c’est, comme toujours, dans la vie de l’Église pour avoir les yeux tournés, avec les saints, vers le Christ. Et la Parole essentielle qui retentit dans l’Evangile, c’est l’acte de foi de Pierre. Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant. Voilà le sens d’une église, d’un lieu où la communauté se rassemble. Accueillir la Bonne Nouvelle du Christ en qui Dieu est pour toujours avec eux, proche de nous. Dieu par son Fils et dans l’Esprit, vient nous libérer du péché, de la mort, de la peur, de la dureté, du refus de pardonner. Le Christ, le Fils du Dieu vivant, est la Lumière du monde (Jn 9) et la lumière de nos vies. C’est cela que nous célébrons aujourd’hui, en célébrant St Pierre et St Paul.
Depuis 50 ans, dans cette église, en écoutant la Parole de Dieu, en participant à l’offrande du Christ, en communiant avec le Christ présent dans son eucharistie, en L’accueillant, comme nous l’avons vécu avec une centaine d’adultes du diocèse il y a quelques semaines des confirmations, des hommes, des femmes ont découvert le Christ, ont appris à vivre de son amour, à se laisser transformés, libérés par Lui.
Et aujourd’hui, vous êtes tous invités à renouveler l’acte de foi de Pierre : Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant. Et le fruit de cet acte de foi, c’est comme le dit Jésus aussitôt, un bonheur plus profond : Heureux es-tu Simon, fils de Yonas. Puissiez-vous par cet anniversaire, progresser dans le bonheur de croire au Christ, le Fils du Dieu vivant.

Parfois, nous pourrions nous demander si les pots qui nous rassemblent, si les célébrations qui nous réunissent ont vraiment prise sur la vie du monde, sur notre propre vie. Et de tout cela, ce n’est pas seulement des mots. Vous avez entendu dans la 1° lecture, Pierre libéré de sa prison. Et Pierre se demande si c’est du rêve ou de la réalité. Si c’est un songe ou est-ce qu’il est vraiment libéré ? Il a l’impression qu’il est un captif qui, dans son sommeil de captif, rêve à une libération finalement illusoire.
Et de temps en temps, nous pourrions nous poser cette question : notre foi est-elle une sorte de rêve éveillé lié à une culture, lié à une joie d’être ensemble ou est-ce une réalité ? Eh bien précisément, nous avons à nous convertir sans cesse à la réalité de notre foi. Le Christ est vraiment le Fils de Dieu. Il est vraiment le Libérateur. Il est vraiment le Sauveur. Il est vraiment la source de notre joie. Il est vraiment la Lumière du monde et de nos vies.
Et ce qui permet d’éprouver la réalité de la foi, c’est bien sûr le témoignage des saints Pierre et Paul dont la vie a été transformée et qui ont transformé, par leur prédication, la vie du monde. Mais c’est aussi le témoignage de vos vies, effectivement transformées, de toute sorte de manières. Ceux d’entre vous qui sont engagés dans le mariage, ceux qui sont engagés dans une vie consacrée, ceux qui sont engagés, de manière coûteuse parfois, mais persévérante dans le service des plus pauvres, tous ces témoignages que vous vous donnez les uns aux autres dans votre communauté paroissiale, attestent de la réalité de notre foi.
La Parole du Christ est une parole de vérité. La foi au Christ transforme bel et bien la vie de ceux qui la prennent pleinement au sérieux. Voilà pourquoi les murs, les vitraux, de cette église qui font signe dans cette grande ville de Colombes, sont un signe de plus de cette réalité de la foi dans laquelle nous sommes appelés à entrer toujours plus profondément. Le Christ est le Fils de Dieu. Nous sommes appelés à prendre cette attitude de foi radicalement au sérieux.

Alors aujourd’hui, nous fêtons en même temps la fête de Pierre et de Paul. C’est une tradition très très ancienne de l’Église de les célébrer ensemble. Ceux d’entre vous qui sont déjà allés à Rome savent qu’il y a partout Pierre et Paul. Pierre avec ses clés, Paul avec son glaive. Le glaive de la Parole de Dieu qui pénètre le coeur, et aussi le glaive de son martyr par décollation. St Pierre et St Paul, c’est d’ailleurs, une des grâces de notre diocèse d’avoir plusieurs églises St Pierre et St Paul. St Pierre et St Paul de Colombes et sa petite sœur : St Pierre et St Paul de Courbevoie qui est issue de manière ancienne de la paroisse de Colombes, l’église St Pierre et St Paul de Clamart. Peut-être y en a-t-il encore une autre. Célébrer St Pierre et St Paul ensemble, cela va de soi en quelque sorte, puisqu’ils ont été vraiment les deux moteurs de l’Église naissante et qu’ils ont été l’un et l’autre martyrisés à Rome autour de l’année 64.
Mais, en même temps, c’est paradoxal parce que ce sont deux hommes très différents. Pierre, ce pêcheur, un peu rustique, à qui Jésus confie, de manière un peu étonnante d’ailleurs, la garde du troupeau, alors que, pour l’instant, ce n’est pas un foudre de guerre. Et puis, on le voit bien, il a du mal à aller jusqu’au bout avec le Christ. Et en même temps, au-delà de ses faiblesses, c’est un homme solide. Il a la solidité de celui qui a suivi le Christ, dès le commencement.
Paul, c’est à la fois, le battant, l’intellectuel, le mystique, le guerrier de Dieu au point de départ, et puis qui a vécu une expérience spirituelle qui a changé complètement sa vie, dans l’instant même. Rappelez-vous le récit de sa conversion sur le chemin de Damas (Ac 9). Et puis qui a fait preuve d’une énergie apostolique incroyable, avec ses voyages missionnaires répétés tout autour de la Méditerranée. St Paul qui, dans ses lettres fait preuve d’une pugnacité extraordinaire et vous savez que Pierre et Paul se sont parfois affrontés, affrontés assez durement.
Tout à l’heure vous entendrez dans la préface que je chanterai au début de la prière eucharistique, je saluerai Pierre qui fut le premier à confesser la foi, et Paul qui l’a mise en lumière.
Ce qui est extraordinaire, c’est que précisément, dans l’Église en général et dans une communauté paroissiale nous avons besoin de Pierre et de Paul, d’hommes et de femmes qui sont croyants depuis le premier jour, qui ont grandi dans la foi, qui sont des hommes et des femmes de solidité, de tradition, d’enracinement. Et nous avons besoin des nouveaux venus, et il y en a parmi vous, je le sais : j’ai confirmé pas mal d’adultes de Colombes. J’ai appelé également au baptême des adultes de votre paroisse. Ceux qui viennent avec la fraîcheur, l’enthousiasme parfois même l’intransigeance de la découverte nouvelle. Et dans une paroisse, on a besoin de ceux qui poussent en avant, par la nouveauté de leur découverte, et ceux qui assurent les arrières dans la profondeur de leur enracinement.

Et, dans une paroisse comme la vôtre, chacun a des dons particuliers. Et ce qui est extraordinaire, c’est que vous êtes tous appelés à être toujours davantage des disciples-missionnaires comme aime à vous le redire, dimanche après dimanche, votre valeureux curé, mais de toutes sortes de manières. Pour certains, ce sera le service des plus pauvres, pour d’autres le Parcours Alpha, pour d’autres aller sur le marché de Colombes parler d’une fête chrétienne qui approche, pour d’autres ce sera dans la vie professionnelle. Chacun est appelé à être missionnaire mais chacun est appelé à l’être d’une manière différente.
J’imagine que vous avez tous l’occasion de contempler cette immense verrière, même si on la voit mieux quand on est dans ma situation que dans la vôtre, mais à l’occasion, vous pourrez vous retourner. Même s’il y a des mouvements de couleurs cohérents, j’ai l’impression qu’il y a beaucoup de variétés dans la diversité qui est celle de verres qui diffractent la lumière. Et cela dit bien des choses : vous êtes une communauté de disciples du Christ appelés à témoigner de Lui, de manière extrêmement variée, à la mesure de ce que l’Esprit suscite dans chacun de vos coeurs, dans chacune de vos vies, dans chacune de vos histoires, comme dans celles de Pierre et de Paul.

Oui, Seigneur, Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant. Cet acte de foi n’est pas un rêve, pas une illusion, pas une sortie du monde. Il est au contraire ce qu’il y a de plus réel, de plus nécessaire, de plus profond. Et cela, nous sommes appelés à en témoigner chacun dans la variété de nos dons, et dans la communion de l’Église.

Nous avons chanté en guise de refrain du psaume, un merci magnifique. C’est un de mes versets préférés, dans le livre des psaumes, le psaume 33 verset 9. Goûtez et voyez comme est bon le Seigneur. Mon vœu pour les 50 ans qui viennent, c’est dans cette paroisse, des croyants toujours plus nombreux puissent goûter et voir comme est bon le Seigneur et que, dans cette ville de Colombes, beaucoup puissent découvrir, voir, goûter, ceux qui ne savent pas combien le Seigneur est bon, réellement bon pour chacun.

+ Mgr Matthieu Rougé, évêque de Nanterre

Voir en ligne : Lire la PU et regarder la vidéo de l’Année des 50 ans