Catholiques à Colombes
Église St-Pierre St-Paul, Chapelle St-Étienne St-Henri,
Église du Sacré-Coeur, Chapelle St Bernard

Categories

Accueil > Actualité > Quatuor pour la fin du corps (30.01.2020)

7 janvier 2020

Quatuor pour la fin du corps (30.01.2020)

Musique : Quatuor pour la fin du temps d’Olivier Messiaen

Danse : Quatuor pour la fin du corps d’Alvaro Restrepo

Présentation :
Olivier Messiaen compose une de ses œuvres les plus connues et une des plus douloureuses et complexes de la musique du XX° siècle , « Quatuor pour la fin du temps », dans le camp de concentration du Stalag VIII à Görlitz (Silésie).

L’œuvre est créée le 15 janvier 1941 devant 10000 compagnons de captivité. Les interprètes (clarinettiste, violoniste et violoncelliste) ont joué ce quatuor, avec Messiaen au piano, avec des instruments de fortune.

« La complexité de la musique, son essence déchirante et apocalyptique nous ont servi comme inspiration pour une série de réflexions sur des thèmes difficiles et sordides qui interrogent la contemporanéité avec une intensité alarmante. Comme point de départ et guide dramaturgique j’ai décidé de continuer la structure proposée par Messiaen lui-même. Les motivations poétiques des titres des mouvements, ainsi que l’atmosphère sonore nous ont donné aussi le ton pour la chorégraphie et la structure dramatique. » A. Restrepo

De cette réflexion sur le quatuor de Messiaen, A. Restrepo a conçu le « Quatuor pour la fin du corps » . La chorégraphie a été réalisée ensuite en collaboration et en association avec Marie-France Delieuvin. La chorégraphie du « Quatuor pour la fin du corps » a été créée en 2005. Les danseurs qui ont participé à cette création, faisaient partie du Groupe Pilote Expérimental, qui a été le fondement de ce qui est aujourd’hui le noyau professionnel du Colegio del Cuerpo : la Compañía del Cuerpo de Indias .

« Ces danseurs étaient très jeunes à l’époque et j’ai réussi à éveiller en eux une capacité de propositions et de jeu. La scène est disposée comme une sorte de grand plateau de jeu où les 16 danseurs ne sortent pas d’un millimètre pendant 1 heure et 20 minutes que durent l’œuvre. ».

« Messiaen est un compositeur très intéressant, très complexe et c’est toujours un défi pour un chorégraphe de se confronter à sa musique, même si lui-même a déclaré parfois que sa musique ne serait jamais dansée. Mais, en même temps, son œuvre est pleine de danse et peut-être qu’il avait peur que n’importe quel mouvement très superficiel ou banal tente de l’illustrer, mais je crois que nous sommes rapprochés, avec beaucoup de respect, à son monde mystique et religieux. ». A. Restrepo

Après sa première en 2005, cette chorégraphie a été présentée dans plusieurs festivals internationaux : Allemagne, France, Japon, Corée, États unis, Mexique, Colombie, Angleterre, … Elle a à chaque fois rencontré un très vif succès et suscité de nombreuses recensions positives.

Voir en ligne : Réservation des places

P.-S.

La presse en parle :

« Puissant et inquiétant, ce travail n’est pas seulement un succès remarquable, c’est aussi une œuvre majeure. Créée- comme la musique de Messiaen-, dans des circonstances extrêmes, elle démontre qu’il ne doit pas nécessairement exister des concessions entre les valeurs sociales et artistiques, entre faire le beau et être bon ». Sanjoy Roy (The Guardian