Catholiques à Colombes
Église St-Pierre St-Paul, Chapelle St-Étienne St-Henri,
Église du Sacré-Coeur, Chapelle St Bernard

Categories

Accueil > Actualité > Journaux paroissiaux > Le Lien (Journal paroissial Sacré-Coeur et Chapelle St Bernard) > Le Lien n°72 - Pâques 2014

28 avril 2014

Le Lien n°72 - Pâques 2014

HYMNE AU DIEU SECOURABLE

Alleluia  !

Loue Yahvé, mon âme !
Je veux louer Yahvé tant que je vis,
je veux jouer pour mon Dieu tant que je dure.

Ne mettez point votre foi dans les princes,
dans un fils de la glaise, il ne peut sauver !

Il rend le souffle, il retourne à sa glaise,
En ce jour-là périssent ses pensées.

Heureux qui a l’appui du Dieu de Jacob
et son espoir en Yahvé son Dieu,
lui qui a fait le ciel et la terre,
la mer, et tout ce qu’ils renferment !

Il garde à jamais la vérité,
il rend justice aux opprimés,
il donne aux affamés du pain,
Yahvé délie les enchaînés.

Yahvé rend la vue aux aveugles,
Yahvé redresse les courbés,
Yahvé protège l’étranger,
il soutient l’orphelin et la veuve.

Yahvé aime les justes,
mais détourne la voie des impies,
Yahvé règne pour les siècles,
ton Dieu, ô Sion, d’âge en âge.

Psaume 146

INFOS PAROISSIALES

QUELQUES DATES A NOTER !!!

Dimanche 18 mai : profession de foi des cinquième, à 11h, au Sacré Cœur
Dimanche 25 mai : 1ère communion
Dimanche 7 juin : 1ère communion et baptême d’enfants et de jeune

Le dimanche 15 juin : GRAND RASSEMBLEMENT DIOCESAIN à Passy Buzenval de
Rueil Malmaison : « Au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit »
Le matin, partage par tranches d’âges (enfants, jeunes, adultes)
Déjeuner tiré du sac

Après midi : célébration et ordinations. Ce sera l’occasion de faire connaissance avec notre nouvel évêque. Des précisions seront données ultérieurement.
MAIS RETENEZ LA DATE !!!

CONSEIL DE PAROISSE

Lors de notre rencontre nous avons évoqué le projet de construction d’une mosquée à côté de l’école Charles Péguy, avec un centre social ouvert au quartier, où seraient proposées diverses activités. Il nous a semblé important de rencontrer un membre acteur de ce projet pour en parler avec lui. Pour le moment, il faut trouver les financements nécessaires.

Les travaux aux Grèves vont s’achever à la fin de cet été. Le centre social et culturel du Petit Colombes devrait s’ouvrir en septembre.
Une rencontre élargie de l’Action catholique ouvrière le 18 Janvier a rassemblé une trentaine de personnes invitées ou faisant parti du mouvement : le partage portait sur la présence du Christ dans nos vies, nos villes, nos cités… Rencontre fraternelle et dynamique !!

Nous avons évoqué aussi la question de l’après profession de foi des cinquièmes ; il nous semblait possible de proposer plusieurs chemins : l’aumônerie, ou des clubs Top Ados en lien avec l’action catholique des enfants. Nous constatons qu’un certain nombre de jeunes ne rejoignent pas l’aumônerie pour diverses raisons… Des clubs seraient peut-être mieux adaptés à certains, affaire qui se met en route et à suivre !!

Enfin, l’association « Osons l’ouverture » travaille avec la Fraternité St Vincent de Paul, afin de mettre en place des ateliers et participer à la table de Cana. L’association, a, par ailleurs, organisé une visite au monastère du Bec Hellouin.

Père Gérard

DEVORER LA PAROLE

A la mort de Jésus, les disciples s’enferment discrètement car ils ont peur d’être arrêtés. Puis ils vont faire l’expérience de sa résurrection, mais, comme le disent les évangiles, ils ont des doutes et ont du mal à croire à cette résurrection : « il leur reprocha de manquer de foi, d’être si peu ouverts et de n’avoir pas cru ceux qui l’avaient vu ressuscité » (Marc 16,14). L’Ascension marque la fin de cette expérience privilégiée des apparitions du Christ vivant. Enfin, c’est la Pentecôte où ils reçoivent l’Esprit Saint qui va les « ouvrir » totalement jusqu’à sortir et témoigner de la résurrection du Christ.

Comme nous le disent les Actes des Apôtres, beaucoup se convertissent par l’action de l’Esprit et le témoignage des apôtres. Ces premiers convertis ont besoin de connaître le Christ, ce qu’il a dit, ce qu’il a fait : comment suivre quelqu’un que l’on ne connaît pas ? Peu à peu les évangiles vont être écrits afin de permettre à toutes les nouvelles communautés chrétiennes de partager, de méditer et de prier sur les paroles et actes de Jésus : elles vont progressivement découvrir qui est cet homme !

A leur suite, depuis plus de 2 000 ans, l’Eglise s’appuie sur ces évangiles et tous les écrits du Nouveau Testament pour approfondir l’identité de Jésus, en articulation avec les questions et les besoins des chrétiens de différentes époques. En ce sens, les écrits deviennent Parole de Dieu pour nous dans la mesure où nous les lisons, les interprétons, en Eglise, en fonction de notre vie présente et de la vie du monde. Alors nous pouvons découvrir une Parole vivante et non un écrit figé !

Il y a quelques années, un enfant me disait : « j’en ai marre d’entendre le récit de Zachée, je le connais par cœur ! » Et de fait, les textes ne changent pas ! Mais ce qui change, c’est de nous rappeler qu’en fonction de ce que je vis personnellement et avec les autres, ces évangiles me concernent aujourd’hui, m’interpellent, m’enrichissent, éclairent ma vie…Alors ils deviennent Parole De Dieu… sinon c’est toujours la même chose !!! Cela implique aussi de « lire notre vie, de la relire et de l’éclairer par ces écrits ». Ils nous permettent ainsi d’approfondir l’identité de Jésus’ : comment nous mettre à la suite de Quelqu’un que l’on ne connaît pas ou très peu ?

Une des limites, dans l’histoire de l’Eglise catholique, est d’avoir pendant un temps long pratiquement interdit aux fidèles de lire et de s’approprier la Bible. Cette attitude était une réaction contre le protestantisme qui proclamait toute l’importance de lire et d’interpréter la Bible personnellement, « en minimisant » la place et le rôle des sacrements. L’Eglise catholique avait conscience du danger d’interpréter faussement la Bible en la lisant tout seul ! Heureusement, depuis 150 ans l’Eglise a redécouvert l’importance de cette lecture en Eglise et personnellement. Mais cela n’est pas encore entré dans la pratique de nombreux catholiques et beaucoup de chemin reste à faire !

Par exemple :

 Comment écoutons-nous les Ecritures à la Messe ? Comment elles nourrissent notre vie ?
Ce que nous en retenons pour notre semaine ? Les lisons-nous avant ?

 De temps en temps prenons-nous le temps de lire et de prier tel ou tel passage des Evangiles ?

 Nous organisons des soirées partage sur les évangiles dans le temps de l’Avent, du Carême
Pensons-nous à venir quelques fois ?

 Dans nos différentes équipes, nos révisions de vie quelle place a la Parole en prenant le temps de la travailler, de la comprendre et de nous dire comment elle parle dans notre vie ?

Il ne s’agit pas de se culpabiliser mais de se poser la question sur la place de la Parole de Dieu dans notre vie et notre foi ! Même les sacrements peuvent devenir un « rite magique », s’ils ne sont pas articulés avec la Parole de Dieu et éclairés par Elle, comme le disent des théologiens.
Comme nous le conseille la Bible : apprenons à « dévorer » la Parole !!!
Père Gérard


Pâques, pessah, pascoua

Cette année, les fêtes de la venue du renouveau coïncident presque.

Pessah commence le 15 avril, suivie le 20 de ce mois des fêtes chrétiennes de Pâques.

Commençons par Pessah qui est le nom de la célébration de la sortie d’Egypte. Le 14 avril, on allume les bougies et la fête commence, car elle dure 8 jours.

Avant tout, on se prépare

La maison est nettoyée de fond en comble, pour qu’aucune trace de pain levé ne soit trouvée. Toutes les céréales sujettes à fermentation doivent avoir disparu. Alors peuvent commencer les rituels.

Cela s’appelle le SEDER : deux jours durant, la lecture du récit de la sortie d’Egypte est faite. Puis, le plat du seder est dressé. Il comporte des étapes mêlant bénédictions, alimentation, récits et chants.

Les symboles

L’agneau(souvent un os calciné), les herbes amères, la matza (la manne) quatre coupes de vin et une compote de pommes, rappelant l’argile des constructions des Hébreux en Egypte ; un œuf dur, pour signifier le deuil.

C’est Hachem (l’Eternel) qui nous a libérés et c’est ce que nous rappelons avec cette formule : l’an prochain à Jérusalem !

Françoise Steinberg

L’équipe du LIEN : Père Gérard, François Piguet, Serges A. Dongmo Mezatio, Françoise Steinberg, Sabrina Etifier.

Pour contacter Le Lien - Tél. : 01 42 42 25 18 ou courriel : paroisse.sacrecoeur@orange.fr

titre documents joints