Catholiques à Colombes
Église Saint Pierre - Saint Paul, Chapelle Saint Étienne - Saint Henri,
Église Sacré-Coeur, Chapelle Saint Bernard

Categories

Accueil > Actualité > Journaux paroissiaux > Le Lien (Journal paroissial Sacré-Coeur et Chapelle St Bernard) > Le Lien n°73 - Eté 2014

10 juin 2014

Le Lien n°73 - Eté 2014

DIEU NOUS CONFIE UN GRAND DESTIN

Celui de propager sa lumière. Le soir, la terre s’obscurcit de la descente du soleil. Jésus est là. Une lumière reste au cœur des hommes. Regardez le soleil descendre et l’obscurité apparaît. Fermez vos yeux et écouter la lumière de Jésus, elle rentre dans vos cœurs, devient rayonnante, elle porte en elle l’amour pour tous les hommes.

Nous fêtons et nous sommes repus, mais pas tous, car les oubliés sont de plus en plus nombreux, et leur isolement est important. En leur cœur la solitude s’enracine, comme pour ne plus en ressortir.
Le monde des hommes s’angoisse et atteint les plus faibles, pourront-ils se relever ? L’espoir aura-t-il quitté à jamais leur vie ? Qu’en est-t-il de tout cela ? Par la présence de Jésus, c’est Dieu qui nous ouvre à tous, une lumière nouvelle. Et celle-ci est à partager avec toute l’humanité.
La lumière peut nous venir par la flamme ; celle que nos yeux voient. Si nous voulons que la lumière persiste, pour ne jamais s’éteindre, nous devons l’allumer dans nos cœurs. Et lui donner une force vivante, celle qui ne faiblit pas. Une force qui agit par nous. Alors, lorsque l’ombre de la nuit paraît, Dieu nous donne un grand destin, celui de transmettre cette lumière à nos semblables.

La vie de Jésus est un appel à notre foi dans l’Esprit Saint. Un appel à le suivre en étant attentif aux autres. Vivre en lui avec confiance et espérance. L’Amour est un don de Dieu, c’est un cadeau qu’il nous donne à travers la naissance et la vie de son Fils. A nous de le partager !

Jean- Pierre Gonzalez

INFOS PAROISSIALES

RAPPEL pour les vacances scolaires :

A noter. Le dimanche 22 juin 2014, les 3 chorales animeront et chanteront à la MESSE de 11h, au Sacré Cœur : elle sera suivie d’un apéritif et d’un repas partagé POUR FETER LA FIN DE L’ANNEE SCOLAIRE !!!

L’église Saint Bernard est fermée en Juillet et Août.
Messe le dimanche à 11 H au Sacré Cœur, ainsi que le 15 Août.
Accueil au Sacré Cœur les Samedi de 14 h à 16 h.

L’ENGAGEMENT, UN LIEU SOURCE POUR LA FOI

L’idée est profondément enracinée que l’engagement est une conséquence de la foi.

Selon un schéma type :

A) J’ai la foi,

B) Ça me donne des valeurs (respect, solidarité…),

C) Je m’engage.

C’est louable, cela souligne la dimension éthique de la foi, qui ne doit jamais être oubliée. Mais si l’engagement est vécu uniquement sur ce registre, comme une application de l’Evangile, il risque de devenir un fardeau. Alors que s’engager dans le vie de son quartier, de sa commune, de son entreprise, dans une association, passer du temps au chevet de personnes malades, peut aussi être vécu comme une expérience spirituelle, un rendez-vous avec quelqu’un : le Christ, qui sait trouver des passages là où l’humanité se complique, s’enferme, se divise, se sépare, souffre.

Il y a expérience de Dieu, dès lors qu’il y a ouverture à l’autre, vraie rencontre, durée dans l’engagement, on s’y expose, on découvre ses limites, on se prend quelques gamelles, mais on fait aussi l’expérience - notamment lorsqu’on côtoie des personnes en difficulté- d’être ramené à la vraie vie, qui n’est pas de l’ordre de la réussite, mais de la joie d’être présent les uns aux autres et de s’accueillir tel qu’on est. Expérience du Dieu créateur et rédempteur qui donne la vie et la redonne inlassablement. C’est ainsi que l’engagement est un lieu source pour la foi.

Le fondement de cela est l’itinéraire du Christ venu nouer un lien entre l’humanité et Dieu. Il se présente, lui, comme un envoyé qui vient de la part d’un autre. Il ne capitalise pas pour lui, mais donne ce qu’il a, ce qu’il est, se risque aux autres tout entier. Cette dynamique qui a soulevé la vie du Christ dessine des traits spécifiques très précieux. Le vrai ressort de l’engagement, c’est un « parce que c’est toi », c’est-à-dire un engagement sans condition préalable. L’autre est d’emblée situé à égalité, appelé à sa propre parole. Toute cette dynamique, c’est la diaconie (le service).
Dans l’engagement politique, le chrétien le vit d’une manière spécifique, en gardant à l’esprit que la politique est un moyen qu’on se donne pour pouvoir vivre ensemble, œuvrer pour le bien commun. La conquête du pouvoir ne peut jamais être une fin en soi.

Dans l’engagement, on est toujours tenté de ramener à soi, de mesurer ce que l’on fait, de capitaliser les réussites, de se rassurer à ses propres yeux. Heureusement, les évènements : échecs, conflits, blocages, les choses, ou les gens qu’on ne sait pas par quel bout prendre, nous rappellent à la réalité.

Alors pour entrer dans le combat spirituel, il est nécessaire de s’arrêter de temps en temps pour relire ce qu’on vit, discerner ce qui est du côté de la joie, ou au contraire du trouble, de la fatigue ,de l’énervement, des blocages. La vraie joie, paisible, pas triomphante, est une boussole très précieuse pour s’orienter dans le combat spirituel. Car elle indique les moments où l’on est accordé à Dieu.

Ce qui peut aider le chrétien engagé diversement dans la vie publique, c’est la relecture mais aussi sa place dans la communauté Chrétienne. Celle-ci en a rarement conscience ; la communauté chrétienne doit aider celui qui s’engage à prendre conscience que son combat n’est pas seulement le sien, que l’Eglise est engagée aussi, si lui le vit comme croyant.

Souvent « on met en valeur » ceux et celles qui ont des responsabilités d’Eglise (catéchèse, liturgie…). Mais, mettre en valeur ceux qui ont des engagements, serait pourtant une manière de signifier que la communauté est présente avec eux, dans ces lieux où leur vie est touchée par le Christ, et qu’elle est intéressée pour partager ce qu’ils vivent, d’un manière ou d’une autre, en écoutant ce qu’ils découvrent, voire en rencontrant ceux avec qui ils font route.

S’engager sur ce chemin, c’est prendre conscience que, par eux, la communauté chrétienne s’intéresse à la vie de la cité. Les personnes engagées peuvent ainsi faire entendre dans l’Eglise, les appels, les souffrances, les espoirs et les dynamiques positives qui traversent la société. Cela pourrait ouvrir des pistes pour associer de manière ponctuelle ceux qui sont trop surbookés pour s’engager dans la durée.

Père Gérard
D’après le Père Etienne Grieu, théologien

LA PERTE D’UN ANCIEN

Il faut remonter loin dans le temps pour retrouver, pour les aînés, la mémoire d’un curé du Sacré-Cœur arrivé en Septembre 1989 ! Michel Herbreteau, qui vient de décéder.
Dès le séminaire, il a demandé à faire partie des Fils de la Charité, qui sont plus attentifs aux pauvres et aux exclus. Il était un peu le « ciment » de cet institut à Colombes.
J’ai le souvenir d’un homme chaleureux, amateur de belles lettres, d’histoire, sans oublier la théologie. Musicien sans pratiquer un instrument, on entendait parfois un air de Mozart ou Vivaldi sortir de son bureau ! Il chantait bien. Mais il a aussi travaillé. Prêtre ouvrier à Gentilly, il en était très fier. Il a même, lors de son passage à Argenteuil, fait naître des vocations de « laïcs en charge ecclésiale ». Atteint par la maladie, presque aveugle, lucide sur son état, il continuait à lire jusqu’au bout, armé d’une grosse loupe. Il parlait sans se plaindre, le vrai « serviteur souffrant ».
Mais il a toujours été un « battant ». Il rouspétait et houspillait tout le monde, Il râlait, mais sans méchanceté. Et si maintenant vous tendez l’oreille vers les cieux, vous entendrez descendre une bonne rasade de râlerie à votre intention. C’est lui, n’en doutez pas !

François Piguet

Une citation de Nelson Mandela qui nous a quittés le 5 décembre 2013 :
« L’honnêteté, la sincérité, la simplicité, l’humilité et la générosité, l’absence de vanité, la capacité de servir les autres, qualités à la portée de toutes les âmes, sont les fondations véritables de notre vie spirituelle. »

Pour contacter LE LIEN
Tél. : 01 42 42 25 18 ou courriel : paroisse.sacrecoeur@orange.fr

Ont collaboré à ce numéro : Serges A. Dongmo Mezatio, François Piguet, Père Gérard, Françoise Steinberg

« Quand nous sommes visités… d’en haut ! »
© Panorama, décembre 2002

info portfolio

titre documents joints