Catholiques à Colombes
Église St-Pierre St-Paul, Chapelle St-Étienne St-Henri,
Église du Sacré-Coeur, Chapelle St Bernard

Categories

Accueil > Actualité > Archives > RAPPEL de la soirée du 6 Février à 20h30 avec Sœur Bernadette miraculée de (...)

13 février 2021

RAPPEL de la soirée du 6 Février à 20h30 avec Sœur Bernadette miraculée de Lourdes.

Rappel du lien YouTube : https://youtu.be/550MZWn9jtc

Atteinte d’une grave maladie, sœur Bernadette Moriau a été guérie en 2008, peu après un pèlerinage à Lourdes. L’évêque de Beauvais a récemment reconnu le caractère miraculeux de cette guérison spectaculaire.

Elle ne peut plus marcher et doit porter un corset et une attelle au pied, devenu perpendiculaire. Un neurostimulateur et de fortes doses de morphine sont indispensables pour canaliser la douleur. « Lors de la procession du Saint-Sacrement, j’ai vécu une expérience intense. J’ai senti que Jésus marchait au milieu de nous et nous bénissait. Au fond du cœur, j’ai eu cette pensée : « Je vois ta souffrance et celles de tes frères et sœurs malades, donne-moi tout. »

Quelques jours plus tard, le 11 juillet, de retour à Bresles, près de Beauvais, la religieuse est en adoration dans la chapelle de sa communauté. Il est 17 h 45 quand une sensation inhabituelle l’envahit. « J’ai ressenti un bien-être, une détente de tout mon corps. Une chaleur m’a traversée, décrit sœur Bernadette d’un ton posé. J’ai terminé l’adoration et je suis rentrée dans ma chambre. Là, une voix intérieure m’a dit : « Enlève tes appareils. »

Dans un acte de foi, j’ai tout enlevé. J’ai pensé à la parole de Jésus dans l’Évangile : Prends ton grabat et marche. À ma grande surprise, en enlevant l’attelle, mon pied était redressé : je pouvais bouger et je n’avais pas mal. Je suis allée à la rencontre d’une de mes sœurs. Regarde, lui ai-je dit, je ne sais pas ce qui se passe, je n’ai plus rien ! Nous avons pleuré et prié ensemble. »

Elle arrête la morphine le jour même. Le lendemain, elle marche cinq kilomètres dans la forêt avec sa belle-sœur, médusée. « J’ai beaucoup pleuré, confie sœur Bernadette. Dans ma prière, je disais : Pourquoi moi, Seigneur, alors que je n’ai rien demandé et que tant d’autres auraient eu plus besoin que moi de la guérison ?
Cette guérison était un don que je recevais en Église.